Les enjeux environnementaux et de développement durable sont devenus pour les pays du monde une source de préoccupation majeure, qui nécessite des engagements multiples et actions particulières au niveau de la société globale. Le Cameroun pour sa part a fait de la protection de l’environnement une cause nationale. C’est la raison pour laquelle, il a pris part à plusieurs rencontres internationales, dont l’une des plus importante est la Conférence de Rio de Janeiro de 1992 au cours de laquelle plusieurs documents de références ont été adoptés notamment le programme Agenda 21. Ce dernier recommande aux Etats de renforcer la participation des organisations de la société civile dans le processus de protection de l’environnement et de développement durable.
A cet effet, en 2016, pour répondre à l’impératif de protéger la planète terre des dérives liées aux dérèglements climatiques, l’association Main de Rêve a été créée, avec pour objets principaux l’éducation à la préservation de l’environnement et d’assoir un développement durable aux profits des populations locales. L’objectif est de nous engager sur la voie de l’humanité pour les générations futures.
En effet, les politiques de développement économiques actuelles n’ont pas permis d’éradiquer la misère, elles ont en revanche conduit à une dégradation considérable de la planète par la surexploitation des ressources naturelles et la pollution.
C’est la raison pour laquelle l’environnement en tant que bien commun de l’humanité, souffre de sérieuses modifications dues à diverses actions de l’homme. La prise de conscience des dégâts environnementaux a conduit à la mise en place des législations nationales modernes pour la protection de l’environnement, mais elles se sont révélées insuffisantes. Les Etats ont donc été contraints d’établir des accords internationaux pour coordonner et renforcer leurs efforts. Le défi de protéger et de préserver l’environnement est une exigence planétaire et multisectorielle.
Il convient désormais d’agir dans un contexte élargi qui a pour but d’améliorer le bien être des générations présentes et avenir. La responsabilité des acteurs vis à vis de la protection de l’environnement et de la société ne se limite plus à envisager la seule action des firmes multinationales. Tous les acteurs (citoyens, associations de consommateurs, ONG, les collectivités territoriales décentralisées) sont aujourd’hui amenés à s’exprimer sur le plan social et environnemental, à s’engager et à agir en conséquence.
Il est donc indispensable d’associer les organisations de la société civile aujourd’hui aux décisions en matière d’environnement et de développement, la protection de l’environnement est un devoir pour tous.
La promulgation de la loi n°90/53 du 19 décembre 1990 sur la liberté d’association a favorisé l’émulation de plusieurs acteurs qui interviennent dans le domaine du développement durable et de protection de l’environnement.
A cet effet, la préservation de notre cadre de vie nous incombe. L’association Main de Rêve est née de notre volonté d’apporter des réponses immédiates et durables aux enjeux mondiaux de l’heure.
La contribution de main de rêve aux questions environnementaux et de développement durable
Autorisée par Arrêté préfectoral N° 59 RDA/F/F38/SAAJP du 06 décembre 2017, l’association Main de Rêve milite dans le domaine de l’environnement et du développement durable. Elle prend ainsi part à la mission assignée aux générations actuelles pour les générations futures, se définit comme un mouvement écologiste du milieu jeune et enfant.
Notre organisation a pour objectif de :
sensibiliser le grand public et les jeunes générations à la connaissance de la nature et au respect de la qualité de l’environnement et de développement durable ;
aider les individus et les groupes sociaux à la résolution des problèmes de leur cadre de vie ;
organiser des campagnes de reboisement dans les établissements scolaires et des espaces désignés par les communes, les établissements et les particuliers;
encourager la création des espaces verts dans les différents artères des localités urbaines et rurales ;
participer au processus socio politique qui couvre plusieurs composantes parmi lesquelles le Programme d’Education et de Sensibilisation sur les Changements Climatiques ;
inculquer auprès des jeunes l’esprit de volontariat et de bénévolat;
lutter pour l’intégration du genre, des couches vulnérables, marginalisées dans les politiques environnementales et de développement durable;
mener des plaidoyers pour l’amélioration des conditions de vie des populations locales;
conscientiser les jeunes sur les réalités des changements et les stratégies pour s’y adapter;
jouer le rôle de relais, d’interlocuteurs d’acteurs à travers le monde
C’est une association qui a fait ses preuves au regard des différents secteurs d’activités où elle intervient. Depuis (3) trois ans, Main de Rêve mène des actions sans relâche dans le domaine sus évoqué.
A cet effet, elle a participé à l’atelier de validation du projet COBALAM sur invitation du Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED), le 19 juin à Bafoussam.
Elle a reçu une distinction honorifique des autorités administratives locales pour le dynamisme affiché dans le développement local.
Elle a son siège social à Bangou et en voie d’extension dans les autres régions du Cameroun. Nous travaillons en partenariat avec la Fondation australienne Happy Green World, Rainforest Alliance, Association des Femmes Africaines intègres pour la Recherche et le Développement (AFAIRD), des organisations qui œuvrent pour l’éducation environnementale et le développement durable. Ainsi, elle partage ses expériences avec un large réseau d’organisations et des citoyens volontaires pour relever les défis de l’avènement d’un monde meilleur.
L’Association Main de Rêve milite en collaboration avec d’autres organisations pour la résolution des problématiques de changements climatiques et du développement durable.
Nous voulons démontrer que la survie de la planète terre repose sur le principe de la bonne gouvernance mondiale, une approche globale et une considération pragmatique et prospective qui vise à renforcer les capacités des populations responsables de la protection de l’environnement. Pour bâtir un tel édifice, un soubassement solide axé sur des compétences avérées et motivés des organisations doit exister. C’est pourquoi, il nous a semblé utile d’accompagner les organisations de jeunes dans la mise en œuvre d’un plaidoyer pour interpeller les pouvoirs publics sur la nécessité de créer une plate forme d’échange, de dialogue et de rencontres qui permettrait à ces dernières de participer de manière interactive, et d’exprimer leurs points de vues sur les questions relatives à la problématique environnementale. L’enjeu de la création d’une plateforme favorisera le développement d’une véritable approche proactive pour réduire la dégradation environnementale. La définition et la répartition sans ambages des responsabilités constituent un préalable à toute dynamique de mobilisation. Elle permet de mettre en place des politiques adaptées à la résolution des problèmes environnementaux et de développement qui minent la population.